logo

Le 3 avril dernier, au petit matin, les gendarmes mobiles sont venus frapper aux portes des baraques pour demander aux habitants de quitter les lieux avant que les bulldozers ne viennent tout détruire.

CRÉDITS